Partagez|

Quand le soleil est une aube ━ Kerberos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
avatar
Invité



MessageSujet: Quand le soleil est une aube ━ Kerberos Mar 21 Avr - 23:02

Où Grace a peur du noirGrace avait passé sa soirée chez une amie, à manger à sa faim. On avait cuisiné pour elle le plus délicieux de tous les ragoûts. Peut être était-ce parce qu'elle en avait tant de fois mangé dans son enfance - c'était là la seule chose que sa mère savait préparer - qu'elle aimait ce plat à ce point. Elle profita de l'ambiance chaleureuse qui régnait pour boire un peu d'alcool - elle avait 26 ans, tout de même ! - sans trop en abuser non plus, puisqu'elle rentrait à pied ce soir.

Les ruelles sombres de Célestine ne l'inquiétaient pas. Glisser maladroitement et mourir en se brisant le cou était ce qu'elle craignait vraiment. Comme à son habitude, elle avait un couteau sous son jupon en cas de force majeure. Depuis sa fuite de Pÿse, jamais elle ne fut contrainte de l'utiliser. Elle espérait qu'au matin, ce serait toujours le cas.

Son petit moment de relaxation se termina plus tard que prévu : Lorsqu'elle sortit de chez son amie, le soir était déjà tombé, et avec lui une pluie légère, presque spectrale. En sortant à l'extérieur, elle leva des yeux inquisiteurs vers le ciel. De minces gouttes d'eau s'écrasèrent sur son visage et glissèrent sur ses joues puis son cou, tandis qu'elle constatait que le ciel n'était pas encore complètement teintée de bleu nuit : Le rose et orange du crépuscule dominaient encore.

Grace commença, après une courte hésitation, sa route. Lors de ses premiers jours à Célestine, Grace avait dormi dans la rue en compagnie de mendiants fort sympathiques qu'elle avait dû quitter une fois ses moyens financiers plus conséquents : Elle pouvait dorénavant se payer une chambre d'auberge quotidienne. Et par chambre d'auberge, elle parlait d'un grenier si poussiéreux que la tenancière l'y laissait dormir pour presque rien.

C'était du moins vrai jusqu'à récemment : Elle déménageait, après tout, pour être plus disponible à son nouveau travail loin, loin de Célestine. Son retour inopinée dans la ville sainte était en fait de courte durée : Elle repartait prochainement par cette affreux moyen de transport qu'était le bateau. Urgh.

Comme à chaque fois qu'elle rendait visite à son amie, Grace dut passer par la même étroite et sombre ruelle. Avant d'y entrer, elle vérifia d'un geste de la jambe la présence de son arme de secours, par sécurité. Enjambant maladroitement les sacs poubelles et autres joyeusetés, elle fit attention à ne pas glisser et se briser le cou, comme elle le craignait plus tôt. Quand elle était à la moitié de ses efforts, elle entendu un bruit que son bon-sens traduit tout de suite comme suspect.

Elle se retourna vivement, se préparant à ouvrir un portail derrière elle pour s'y glisser. Elle ne ressentait pas encore l'urge de sortir sa dague et guetta plutôt le moindre mouvement dans le décor obscur tout autour d'elle.

« Il y a quelqu'un ? » demanda-t-elle, sursautant au son de sa propre voix. Elle regrettait déjà d'avoir bu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Quand le soleil est une aube ━ Kerberos Jeu 23 Avr - 21:28



❝ Quand le soleil est une aube
• feat. Grace •



Il pleut ce soir, sur Célestine. Alors que je suis tranquillement allongé sous ma forme invisible, en haut d’une bâtisse, j’observe les gens se presser pour regagner leur logis. Le Soleil couchant accompagné de la brume offrent une peinture mélancolique à cette cité sous la pluie. Une allure fantomatique, presque autant que moi. Ce soir, cette ville brumeuse me sied à merveille.

Célestine, l’endroit où siège la Papesse du ridicule culte humain envers Panome. Une ville sainte paraît-il. Vraiment ? Laissez-moi ricaner ! Qu’a-t-elle donc, cette ville, de sainte ? Une obscure brume ? Un palais poussiéreux ? Une sécurité relative ? Très relative et j’en sais quelque chose, puisque je suis là. Certes, ma nature de fantôme aide, je triche quelque peu en pouvant ainsi me déplacer où je veux, quand le je veux. Pourtant, la seule idée que moi, un démon, soit présent dans la ville de la Papesse dont j’aperçois le logis m’amuse.

Et de l’amusement, par les Limbes, j’en ai besoin ! C’est des plus délicats de trouver une recrue au poste de prophète, vous n’avez pas idée. Je suis justement sur Célestine en ce moment pour voir deux personnes : un homme et une femme. Le premier est couturier, la seconde domestique. Ils sont naïfs comme je les aime, mais quelque chose me dit qu’aucun ne conviendra. Une impression dans mes entrailles. Ils ne sauront pas gérer mon don et se feront bien trop vite engloutir par la folie. J’ai déjà perdu Thome, je ne peux me permettre un nouvel échec. Il en va de mon honneur. Demain, je quitterai la ville pour continuer mon observation d’une jeune oracle. Advienne que pourra !

Et puisqu’on parle de distraction, j’aperçois une jeune femme emprunter la petite rue juste en-dessous de moi. A en juger par ses habits, elle fait partie des simples gens. Avant de continuer sa marche, elle vérifie je ne sais quoi au niveau de sa cuisse. Ma foi, à défaut d’une prophète, j’ai au moins trouvé de quoi tuer le temps pour ce soir. Je bondis pour atterrir sans un bruit dans la rue. Afin d’attirer son attention malgré ma forme fantomatique, je matérialise mes griffes le temps de les faire grincer sur le mur à côté de moi.

S’il y a quelqu’un ? Je suis juste en face de toi, jeune demoiselle, mais tu ne me vois pas. J’attends quelques secondes, le temps de maintenir le suspens, avant de répondre : « Personne à part la brume, la pluie, toi et moi. » Voix douce. Je vais m’asseoir juste derrière toi, en prenant soin de passer au travers de toi, pour t’arracher un frisson. « Tes parents ne t’ont donc jamais dit de ne pas emprunter les ruelles sombres à la tombée de la nuit, ma petite ? » Voix toujours aussi douce.

•••

code par Skank aka Achiavel sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Quand le soleil est une aube ━ Kerberos Ven 24 Avr - 14:39

Où Grace a peur du noirLe silence qui suivit son interrogation rassura Grace. Elle soupira de sa propre bêtise et blâma l'obscurité pour ses idioties. L'alcool devait aussi y être pour quelque chose mais étant donné les petites quantités qu'elle avait bu, cela blessait sa fierté de l'avouer. C'est quand elle décida de reprendre sa route qu'une voix brisa le silence de la ruelle.

« Personne à part la brume, la pluie, toi et moi. »

Sans une hésitation, elle saisit le couteau caché sous son jupon et le pointa devant elle. Elle avait la certitude d'avoir entendu quelque chose mais rien, devant ses yeux, ne sortait de l'ordinaire. Elle n'avait pas non plus vu quoi que ce soit bouger, dans le décor. La situation devenait de plus en plus étrange.

Lorsqu'un frisson la traversa, Grace ne céda pourtant pas à la panique. Elle écouta d'une oreille attentive les élucubrations de ce qui semblait être un esprit et baissa son arme quand il eut fini, se poussant à rester calme.

« Je ne crois pas aux fantômes. Sortez. »

Elle aurait presque pu rajouter « Et d'ailleurs, j'ai 26 ans. » mais la situation ne s'y prêtait décidément pas. Elle réfléchit. Elle entendait quelqu'un sans le voir. En excluant la possibilité d'un esprit ou autres stupidités de ce genre...

« Vous êtes quoi, exactement ? Une raisonnance ? »

Elle se retourna un instant, pour vérifier que son interlocuteur ne se cachait pas derrière elle, en vain. Les circonstances commençaient à l’agacer. Ni l'obscurité grandissante, ni cette fichue pluie ne l'aidaient à avoir les idées claires. Il me faut en voir plus, conjectura Grace. De sa pensée suivit un claquement de doigts, puis un autre.

Quand elle eut traversé son propre portail, elle était cette fois perchée sur l'un des bâtiments adjacents à la ruelle. Mais sa compréhension des choses n'en fut pas drastiquement changée : Malgré sa vue nouvelle sur la situation, elle n'apercevait toujours personne, cachée dans de sombres recoins. Et son nez commençait déjà à saigner, preuve qu'elle en avait déjà trop fait, à se téléporter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Quand le soleil est une aube ━ Kerberos Dim 26 Avr - 14:37



❝ Quand le soleil est une aube
• feat. Grace •



Oh, elle ne croit pas aux fantômes ? Je laisse échapper un ricanement amusé tant par son arme ridicule – c’est donc cette chose qu’elle vérifiait sous son jupon – que ses paroles. Depuis trois siècles déjà – le temps passe si vite lorsqu’on s’amuse, le monde des Humains est frappé par les démons et elle, elle ne croit pas aux fantômes ? N’a-t-elle donc jamais lu de livres ? Sûrement cette jeune fille est analphabète. Elle en a la tête. « Tu devrais. » Mais plutôt que d’y croire, elle veut que je sorte de ma soi-disant cachette. « Mais je suis là, tout près de toi. » Dis-je en ne bougeant pas une patte. Trop occupé que je suis à l’observer.

Elle me demande ensuite ma nature. Une Raisonnance ? Je pourrais me vexer ! Ce n’est pas très gentil, jeune fille, de demander à un démon millénaire s’il est une Raisonnance. « Non, mais devine donc. » J’entretiens le mystère. Je sens qu’elle a un fort potentiel comique. J’en suis d’autant plus convaincu alors que je constate qu’elle en est une, en revanche. Deux claquements de doigt est une distorsion fend l’air pour créer un portail dans lequel elle bondit. Le petit jeu risque d’être plus amusant encore qu’espéré. Passé quelques secondes d’étonnement, je regarde autour de moi sans bouger de place, pour voir où est le second portail. Je pense d’abord qu’elle s’est enfuit et je suis rassuré de constater qu’il en rien en levant la tête. « Tu veux jouer à cache-cache ? Mais tes portails ne sont pas discrets. »

Je me lève. « Attends-moi, j’arrive. » Dans mes paroles, j’insuffle ma Persuasion pour être sûr qu’elle ne file pas et qu’elle reste là-haut à m’attendre. Je passe au travers du mur de la bâtisse sur lequel elle est grimpée et bientôt, je la rejoins sur le toit. « Lalala, où es-tu mon petit chat ? » Je fredonne, tu es en face de moi, un peu plus loin. « Lalala, te voilà. » Même manège, je viens m’asseoir à côté de toi, sur ta droite. « Pourquoi cette soudaine envie de hauteur ? Et range ton couteau, tu vas finir par te blesser. »

•••

code par Skank aka Achiavel sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Quand le soleil est une aube ━ Kerberos Dim 26 Avr - 19:23

Où Grace a peur du noirUne fois le sang qui lui coulait sur le visage effacé d'un revers de main, Grace vérifia une nouvelle fois que la ruelle était bien vide. Et pourtant, la voix de son poursuivant résonnait encore dans ses oreilles. Que je l'attende ? Cet imbécile peut toujours se...

Et pourtant, elle l'attendit, perchée sur le toit du bâtiment, le regard dans le vide. En l'entendant s'approcher, les traits de son visage se durcirent. Elle se retourna vivement, certaine qu'il ne pourrait pas se cacher sur un toit complètement vide, mais ses yeux ne virent rien. Voilà qui était embêtant. Ni la pluie, ni les mots condescendants de l'entité n'arrangeaient l'humeur de Grace.

« Vous m’agacez. » Venant d'une personne aussi faussement polie que Grace, c'était là une insulte des plus terrible. La servante rangea son couteau et croisa les bras, jugeant celui qu'elle ne pouvait pas voir. Elle réfléchit à sa situation un instant. Plus elle s'agitait, plus elle s'énervait, plus la voix - peut importe de quoi il s'agissait vraiment - semblait s'amuser. Elle prit donc une grande inspiration et s'apaisa l'esprit. De son calme suivit un instant d'hésitation : Rien ne l'empêchait d'ouvrir un autre portail, puis un autre, puis un autre, jusqu'à rejoindre sa maison. Ou du moins, le grenier dans lequel elle vivait.

« Bien. Tâchons d'en finir. Que voulez-vous ? »

Selon sa réponse, elle n'hésiterait pas à fuir. Le véritable problème était de savoir jusqu'où l'entité pouvait la suivre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Quand le soleil est une aube ━ Kerberos Lun 27 Avr - 13:16



❝ Quand le soleil est une aube
• feat. Grace •



Je laisse échapper un pouffement de rire quand tu m’avoues être agacée par moi. Oh, bouhouh, pauvre petit chaton ! Tu es facilement agaçable, alors je t’agace facilement, voilà tout. Vas-tu pleurer ? Vas-tu appeler ta maman ? Ou bien me supplier d’aller hanter quelqu’un d’autre ? Cela t’apprendra, à ne pas croire aux fantômes et autres esprits frappeurs et farceurs. Vraiment, je m’amuse avec toi. Pas toi ? « Ce n’est pas mon but, pourtant. J’en suis navré, crois-moi. » Je feins l’innocence.

Il semblerait que tu aies compris le petit jeu : au plus tu t’agaces, au plus j’en rigole. Tu essayes de reprendre une certaine sérénité et tu ranges ton arme.  Ah, tristesse infinie ! Allons, allons, le jeu ne peut pas être terminé. C’est trop tôt. Il est trop tôt : on y voit encore dehors, le Soleil ne s’est pas encore couché. As-tu peur jeune fille ? Bien que la révélation de ton don m’ait diverti, il faut admettre qu’il est tout de même embêtant. Je serais bien chagriné s’il te traversait l’esprit d’en user une nouvelle fois pour disparaitre dans la nuit et le brouillard. Enfin, c’est la théorie et je ne doute pas que tu songes à cette possibilité. Je m’étonne même que tu ne l’aies pas fait la première fois. Hélas, tu ne sais pas à quel point que je peux me montrer persuasif.

« Simplement m’amuser. Excuse-moi si je t’ai fait peur. Je me promenais dans la ville et je t’ai aperçue. Comme tu n’avais pas l’air méchante, je me suis dit qu’on pourrait jouer ensemble. Je ne te veux aucun mal, promis. » Je parle ainsi de ma plus belle voix rassurante. « Alors on joue ? Oh, s’il-te-plaît. » Je fais mine de me comporter comme un petit.

« Tu aimes jouer au loup ? Moi, j’adore ! Je te laisse commencer, essaye de me toucher. » J’insuffle ma Persuasion pour te forcer à te plier au jeu. A ces mots, je matérialise ma queue majestueuse et je bondis plus loin en te caressant le dos au passage.

J’attends que tu viennes me courir après et au dernier moment, je m’élancerai pour que tu ne puisses pas me toucher. Il ne faudrait pas que cette petite partie de loup ne se termine trop vite !

•••

code par Skank aka Achiavel sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Quand le soleil est une aube ━ Kerberos Mar 28 Avr - 0:40

Où Grace a peur du noirAu plus la nuit tombait, au plus la situation de Grace gagnait en étrangeté. Et son maquillage si soigneusement appliqué coulait lui aussi, au passage, à cause de cette maudite pluie. L'entité changea soudainement d'humeur et, face à son « insulte », se mit à agir comme un enfant gâté. Fatiguée, agacée, Grace décida tout de même de se plier à sa demande, guidée par elle ne savait qu'elle force mystique, et elle s'en fichait éperdument.

Peut être même trouverait-elle le moyen d'en finir une bonne fois pour toute avec le jeu de l'esprit et de rentrer chez elle pour dormir, avec la certitude aveugle que tout ce qui se passait maintenant n'était en fait qu'un mauvais rêve. Avouer que cette voix qui n'avait cesse de lui parler pouvait en fait appartenir à une chose sortie des limbes blessait beaucoup trop son estime.

Avec un sourire factice sur les lèvres, Grace lança de sa voix la plus enjouée :

« Et si je gagne, que m'offriras-tu ? »

La paix ? La tranquilité ? Telle était les réponses que la servante espérait.

Elle frissonna quand quelque chose lui toucha le dos, puis elle se mit en tête de poursuivre et s'attirer la sympathie de... Peu importe de quoi il s'agissait vraiment. Tandis qu'elle suivait la forme fantomatique, elle pensa très fort : Où est cette maudite inquisition quand on a besoin d'elle ? Ah ça, pour kidnapper les gens, ils savent faire, mais pour les secourir, c'est une autre histoire !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Quand le soleil est une aube ━ Kerberos Lun 4 Mai - 22:19



❝ Quand le soleil est une aube
• feat. Grace •



J’agite ma somptueuse queue blanche matérialisée afin que cette jeune écervelée sache dans quelle direction courir, bien que l’idée de la voir s’agiter dans tous les sens tout en restant confortablement assis sur mon derrière à la regarder en ricanant soit une idée tout aussi alléchante. Toutefois, pas complétement sotte, avant de se lancer à ma poursuite, elle me demande ce qu’elle gagnerait si elle y parvenait. Ah, récompense, récompense, récompense ! Pourquoi faudrait-il toujours une récompense ? « Je ne sais pas… Voyons, le droit de recommencer ? »

Pouffant de rire, je bondis sur le côté alors qu’elle tente d’atteindre mon pelage blanc. « Presque ! » Je continue quelques foulées sur sa droite avant de faire disparaitre ma queue. « Ma foi, si tu gagnes… Je peux envisager la possibilité de te laisser retourner à tes activités. Encore faut-il que tu gagnes, bien sûr. » Éventuellement. Selon mon humeur. Pour le moment, j’aime trop me délecter de ton agacement jeune fille, alors que tu n’as plus de point de repère pour me trouver et que tu es obligée de continuer à jouer tant tu es si bien persuadée.

« Tu ne devines donc toujours pas ce que je suis ? » Oui, revenons donc à ce détail. J’en suis toujours un peu vexé. Ou pas vraiment, mais ce n’est que pour mieux t’embrouiller. Oui, mon enfant, tu as affaire à un fantôme. « Un indice peut-être ? Je ne suis pas une Raisonnance. » Je viens devant toi. « Je suis celui qui se cache sous ton lit le soir. Mes dents et mes yeux brillent dans le noir. » Alors, je matérialise quelques secondes mes crocs et mes yeux, juste le temps de t’offrir un sourire goguenard.

« Je suis le Qui quand tu demandes Qui est là ?. Je suis aussi le vent qui te glace le sang. » Ma phrase à peine terminée, je bondis au travers de toi pour te faire frissonner. « Et puis je me glisse comme une ombre noir et je transforme ta soirée en cauchemar. » Je me dirige vers le rebord du toit et je matérialise de nouveau ma queue.

« Allez viens, retente ta chance. »

•••

code par Skank aka Achiavel sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Quand le soleil est une aube ━ Kerberos Ven 8 Mai - 19:58

Où Grace a peur du noirLa pauvre Grace n'en pouvait plus. Les énigmes, les rimes et l'humour idiot de l'esprit l'agaçait au plus au point. Elle hésitait à enlever son masque de retenue et de politesse, puis partir une bonne fois pour toute, mais elle craignait les défauts de sa raisonnance. Elle ne savait déjà plus déterminer si ses maux de tête venait de l'ouverture d'un portail ou si l'idiotie de l'esprit était en faute.

La servante ne connaissait pas la limite de son pouvoir et elle n'avait certainement pas envie de la découvrir dans la soirée. Ce qu'elle savait, en revanche, c'était qu'à ses douleurs mentales viendraient s'ajouter quelque chose de bien plus problématique : Après un saignement de nez suivait généralement une perte de sensation drastique. Et la jeune fille voyait mal comment rentrer chez elle sans pouvoir bouger ses jambes.

En ignorant ses frissons, en ignorant le froid, en ignorant la pluie, elle lança :

« Je n'ai pas peur non plus de pseudo-démon poète. »

Et accompagna ses paroles d'un claquement de doigt, puis d'un autre. Deux portails lumineux à la couleur bleue-verte vacillante venaient de s'ouvrir. L'un à ses côtés, l'autre au dessus du vide. Il suffisait ensuite d'y passer son bras et...

« J'ai remporté notre jeu. Assumez vos paroles, maintenant. »

Le visage de Grace demeurait calme, presque impassible, tandis que sa main tenait l'extrémité du démon, la promesse bancale d'une liberté prochaine. Une douleur lancinante faisait trembler son autre bras, qu'elle ne parvenait plus à bouger, un détail qu'elle espérait que l'esprit ne remarquerait pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Quand le soleil est une aube ━ Kerberos Sam 9 Mai - 15:12



❝ Quand le soleil est une aube
• feat. Grace •



J’admets volontiers que cette demoiselle m’étonne. Après ces quelques tours, plus d’un humain serait déjà parti au courant ou aurait tenté quelques vaines tentatives de combat pour me faire disparaitre. Il n’en est rien pour cette gamine. Elle tient à rester imperturbable. Ma foi, c’est tout à son honneur. Toutefois, ne lui a-t-on jamais appris que la témérité n’est pas synonyme de courage ? D’ailleurs, je ne sais pas réellement si elle est particulièrement courage, ou particulièrement bête. Je penche tout de même pour ma deuxième option. « Tu devrais. »

J’attends patiemment, assis sur mon derrière, qu’elle vienne toucher ma queue. Je compte la laisser faire et elle ne tarde d’ailleurs pas, non sans manigance. Oh, la vilaine petite tricheuse. « Tu as triché mon enfant, ce n’est pas bien du tout. » Je rends de nouveau ma queue invisible et je viens vers la vilaine fille que tu es. « Quand on joue à un jeu, il faut en respecter les règles. Sinon ça ne compte pas.  Ma foi, on échange les rôles, c’est moi le loup maintenant. » Alors, je matérialise une patte et je déchire allégrement un pan de ta robe. « Touchée ! » Je ricane.

Cependant, tous les bons jeux ont une fin. « Tu veux rentrer chez toi ? Eh bien, soit ! Je ne te retiens pas. Approche toi donc près du rebord. » Je te suis. Tu n’as pas le choix, je t’en persuade. « Tu n’as pas le vertige, j’espère ? Un mot. Il me suffit d’un mot et tu feras le grand saut. Commences-tu à comprendre, petite idiote, la différence de puissance qu’il y a entre toi et moi ? » Je regarde en bas. Ce n’est pas excessivement haut, mais largement assez.

« A ton avis, tu t’en sortirais avec seulement quelques os brisés ou tu y laisserais la vie ? Je n’ai pas ce problème, être un fantôme à quelques avantages. Et puis, qui se soucie de la vie d’une pouilleuse dans ton genre ? Tu es quoi ? Tavernière ? Bonniche ? »

•••

code par Skank aka Achiavel sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Quand le soleil est une aube ━ Kerberos

Revenir en haut Aller en bas

Quand le soleil est une aube ━ Kerberos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Raisonnance :: L'archipel de Naalyn :: Célestine :: le centre ville-