Partagez|

Entretien d'embauche ━ Hismaël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
avatar
Invité



MessageSujet: Entretien d'embauche ━ Hismaël Mar 21 Avr - 20:52

Où tout un tas de choses
déplaisantes arrivent
Grace devait avouer ne pas penser reprendre la mer si vite. La dernière fois qu'elle s'était tenue sur le pont d'un bateau, c'était durant sa fuite nocturne de Pÿse. Ni le violent orage qui sévissait ce jour là, ni les gigantesques vagues qui tordaient la mer n'avaient aidé son estomac malade d’anxiété. Peut être étaient-ce les réminiscences de cette nuit qui lui donnaient ces vertiges...

Pourtant, le ciel était d'une clarté surprenante, si bien que les marins ne cessaient de répéter « Ça, petite, c'est un jour parfait pour être en mer ! ». L'affirmation n’apaisait en rien les tournis et tournis que faisait sans cesse la vision de la petite en question. C'est quand elle se sentit prête à vomir que l'agitation des marins redoublèrent d'intensité et qu'ils lancèrent à l'unisson : « Terre en vue ! ».

Elle rejoint malgré ses frissons les autres passagers plus à l'avant du pont principal et attendit sagement l'amarrage du bateau. Lorsque l'équipage annonça leur prochaine destination - Auvent - elle pesta : Deux heures perdues dans l’immensité de la mer lui suffisaient amplement !

Poser le pied sur la terre ferme fut une délivrance de très courte durée. L'agitation du port et le cris des poissonniers la fit presser le pas. Elle se réfugia dans une ruelle silencieuse pour y reprendre son souffle et calmer le bourdonnement de ses oreilles. Plus jamais, se promit-elle. Une promesse qu'elle ne tiendrait pas.

Elle se saisit de sa valise et...-

D'ailleurs, sa valise, où était-elle ?

Traînant des pieds, Grace se fraya tant bien que mal un chemin parmi la foule qui semblait s'être encore agrandie depuis l'instant d'avant. Quand sa vue fut enfin dégagée, l'horizon visible, elle aperçut dans ce dernier son bateau, voguant vers d'aventures nouvelles, avec sa valise comme accompagnatrice. Tandis que des femmes éplorées agitaient leurs mouchoirs, Grace fixait ce petit point qu'était son navire et ce plus petit point encore, invisible, qu'elle supposait être sa valise.

Puis elle tourna les talons et se persuada qu'avec le salaire qu'elle recevrait bientôt, ses affaires crasseuses seront bien à leur place dans les mains des corsaires.

Toutes ces mésaventures lui avaient presque fait oublier le but premier de sa venue : Un entretien d'embauche. Elle aimait ce mot si professionnel qui la faisait passer pour autre chose qu'une servante idiote qui oubliait ses affaires dans la cale d'un navire. Puisque celui qu'elle espérait être son futur patron était baron, elle supposait que ses rêves de richesse étaient en fait très valides.

Sans valise à la main puisque celle-ci voguait dorénavant au gré des marées, elle suivit à la lettre le plan qui...-

Était dans sa valise, voguant au gré des marées.

Grace fut tentée, très tentée, de se demander naïvement « Est-ce que ma journée peut devenir encore pire ? » mais s'en retint. Ce genre d'interrogation conduisait souvent le dieu Panome à nous prouver que oui, elle pouvait l'être. Sans valise, ni plan, ni espoir, ni joie de vivre, elle arpenta les rues, les places, les jardins en demandant son chemin aux passants.

Et contre toute attente, elle le retrouva au bout de quelques heures seulement, alors qu'elle était si persuadée de devoir passer la nuit - clandestinement, puisque sa bourse était avec son plan, qui était avec sa valise, qui était avec son bateau - à Syrma.

En ne se laissant ni intimider par son retard, son appréhension, le grand bâtiment qui s'étalait sous ses yeux ou son allure négligée, elle toqua trois fois d'affilée à la large porte qui se tenait devant elle et attendit.

« Entretien d’embauche, entretien d'embauche... » maugréa-t-elle. « Plutôt entretien d'embûche, oui... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Entretien d'embauche ━ Hismaël Mer 22 Avr - 9:54


Entretien d'embauche


Feat Grace


Cela faisait quelques jours déjà que j'avais quitté mon domaine pour rejoindre la ville de Syrma, empruntant par la même occasion un navire ce qui n'était pas une de mes grandes habitudes. La raison de mon départ ? Je devais comme tout noble de Naalyn remplir des obligations qui n'étaient pas forcement pour me plaire et dans ce cas-là, je devais assister à un long sermon dont les humains avaient le secret dans le grand temple. Il était important pour moi de paraitre aussi conforme aux règles que possible et sur cet archipel en particulier le respect du « dieu » Panome était primordial, à mon grand dam. J'évitais ce pénible voyage depuis plusieurs semaines déjà mais l'irritant mortel qui me servait de représentant officiel de ce culte me tannait avec et l'idée de l'égorger m'était venue à plusieurs reprises, mais cela faisait des années que j'avais appris à résister à de telles pulsions.

Je m'étais donc plié à ces paroles et avais, comme chaque année, perdu une longue journée à écouter un vieil homme tellement squelettique qu'il me ressemblait presque. Sans mon enveloppe j'entends. Je dois bien avouer que c'est dans ce genre d'instant que je comprends le mieux les humains, le sommeil tentait désespérément de s'emparer de ma conscience et je résistais tant bien que mal à pousser de profonds bâillements. Les rares moments où je tendais l'oreille vers ce que disait l'orateur, c'était une violente envie de rire qui me prenait. Tant de gens croyait à toutes ces histoires qu'en tant qu'être des Limbes je trouvais plus que ridicule. Quoi qu'il en soit la journée s'acheva après ce qui me sembla une éternité (au sens propre du terme) et je me dirigeais donc vers le manoir d'un nobliau local.

Cet homme m'avait proposé le gîte et le couvert pendant quelques jours pour cette occasion, il voyait certainement en ma personne un moyen d'étendre son influence grâce à des faveurs. Après tout n'étais-je pas Théodore Hantar ? Ce genre de situation m'arrachait bien souvent un sourire car au final, comme à chaque fois, c'étais l'humain qui me mangeait dans la main. J'ai donc profité de ces quelque jours pour discuter politique avec lui et je dois bien avouer que cela me laissa sans voix, il existait bel et bien des humains avec une bonne position dans leur société aussi stupide que ça. Je l'écoutais sans trop parler, soulever les diverses erreurs que comportaient ses divagations ni lui faire remarquer que ses tentatives de m'amadouer étaient bien trop visibles. Je me contentais simplement de rayon son nom que j'ai d'ailleurs déjà oublié de ma liste de personnage intéressant et un fois que j'eus perdu pour une énième fois mon intérêt pour le genre humain je m'apprêtais à disposer de son hospitalité.

J'avais fait porter une lettre cachetée au capitaine qui dirigeait d'une main de maître le navire qui m'avait porté jusqu'ici avec une grande déception, finalement ce voyage aura vraiment été d'une grande inutilité. J'attendais calmement la réponse, profitant une dernière fois du discours de mon hôte contre mon gré mais je ne perdais pas mon masque de calme. Cette fois-ci, la discussion avait dérivé sur l'état de sa demeure et sur la demande qu'il avait fait circuler à travers Naalyn afin de trouver du personnel pour entretenir ses quatre murs. Brillante idée qu'il avait eue selon lui car plusieurs domestiques étaient déjà venus grossir ses rangs et il n'avait plus de soucis. Le besoin d'une telle chose ne m'avait pas encore effleuré, à vrai dire je n'avais qu'une servante à ce poste qui faisait un excellent travail. Il est vrai que je l'aidais quelque peu à l'aide de mon pouvoir mais je n'avais pas trouvé d'utilisation plus utile ces derniers temps.

Trois coups firent résonner la lourde porte de l'entrée de la demeure et j'annonçais ainsi mon départ au noble, persuadé que c'était la nouvelle que mon moyen de transport était prêt qui venait d'arriver. Je suis encore bien natif, les humains ne sont pas si efficaces je devrais pourtant l'avoir compris après tout ce temps. J'avançais donc la porte alors qu'un attaché de la maisonnée l'ouvrait devant moi, quelle ne fut pas ma stupéfaction lorsque je m'aperçus que ce n'était point le messager qui se tenait devant moi mais une jeune demoiselle. Elle était dépourvue de bagage et devait donc être une habitante de la demeure, encore une fois une nouvelle couche de déception s'ajouta aux précédentes puisque cela signifiait que j'allais encore devoir supporter le maître de maison.

Mais c'est dans le désespoir le plus total que nous viennent les meilleures idées et la jeune humaine ressemblait à ce moment à une porte de sortie lumineuse. Bien que je dusse rester en ces lieux pour attendre ma nouvelle, je pouvais bien tenter d'échanger quelques mots avec elle. Je me mis donc à esquisser un léger sourire pour l'accueillir puis lui fit un geste de la main pour la laisser passer.

« Bonjour mademoiselle, je me présente je suis le Baron Théodore Hantar. Bien que je dusse rester en ces lieux pour attendre ma nouvelle, je pouvais bien tenter d'échanger quelques mots avec elle. » la folle idée que ce soit une des personnes répondant à l'appel du noble me traversa l'esprit mais dans ce cas elle serait munie de bagage.

Voyant que je ne connaissais pas la demoiselle un domestique vint me chuchoter à l'oreille que mon hypothèse bancale était bel et bien avérée en m'expliquant que c'était la première fois qu'elle se présentait devant la maison. De plus ses habits ne laissaient pas transparaitre un quelconque statut, peu m'importait en réalité du moment que je n'aurais plus à m'asseoir à la même table que mon hôte à peu près n'importe quoi pouvait me convenir.

« Je vois, je suis dans le regret de vous annoncer que le maître des lieux et mon hôte n'a pas besoin de plus de domestiques. Cependant je m'apprêtais à repartir chez moi et je vous donne votre chance de vous joindre à moi. Allons-nous asseoir puis vous me parlerez de vous, cela vous convient-il ? »

À ces mots je partis m'installer confortablement sur un fauteuil de l'entrée tout en rivant mon unique œil libre vers cette jeune femme. Je n'attendais rien d'un tel individu, d'une humaine de ce niveau, mais il me faillait tuer le temps.
© Codage By FreeSpirit
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Entretien d'embauche ━ Hismaël Mer 22 Avr - 15:58

Où tout un tas de choses
déplaisantes arrivent
Grace pensa d'abord s'être trompée de maison lorsque apparut devant elle un personnage qu'elle ne connaissait pas. Une description du maître de maison figurait dans l'annonce qu'elle avait lu à Célestine, et la personne face à elle n'y correspondait décidément pas. Mais juste avant qu'elle ne s'excuse et tourne les talons, l'homme se présenta.

Le Baron Théodore Hantar ? Il y avait du progrès. Durant sa recherche, elle n'avait croisé que des paysans, des historiens, des poissonniers, des fleuristes et des enfants dépenaillés. Qu'elle parle enfin avec une personne titrée prouvait qu'elle approchait du but. Si elle s'était trompée de logement, il lui suffisait de demander son chemin : Les barons devaient se connaître entre eux.

Mais quand l'homme finit de parler, la situation changea drastiquement. C'était presque trop à assimiler pour la pauvre tête exténuée de Grace. L'offre du baron lui paraissait suspecte tellement elle était commode. Le hasard fait bien les choses, lui répétait sans cesse sa mère. Or, Grace ne croyait pas au hasard et se demandait plutôt ce que Panome avait prévu pour elle.

La proposition de l'homme était-elle un test ? Un défi ? Un piège ? Elle n'allait certainement pas renter chez lui sans y réfléchir à deux fois !

Lors de son enfance à Pÿse, des gens disparaissaient. Un phénomène étrange qui ne semblait inquiéter personne à part elle. Mais Grace voyait : Les gens ne l'ignoraient pas. Elle entendait d'une oreille distraite les plaintes d'enfants qui ne voulaient pas rentrer seuls chez eux et voyait cette hâte que les adultes avaient au soir. Derrière les sourires hypocrites des Pÿsiens régnaient l’insécurité. Et c'était avec elle que Grace avait grandi, et à elle qu'elle s'était adaptée.

Mais d'un autre côté, la présence d'une domestique la rassurait déjà. D'où elle était, elle pouvait voir l'intérieur du manoir et ce, malgré l'imposant homme à ses devants. Rien ne lui paraissait suspect. Et puis elle avait, pensa-t-elle, au moins pensé à prendre une chose avec elle : Sa dague, qui elle, ne l'avait pas encore quitté. Si la situation le demandait, elle ouvrirait en portail et y fuirait. Et si quelqu'un s'osait à la suivre, elle n'hésiterait pas.

Grace passa l'embrasure de la large porte que la domestique referma derrière elle et suivit ce saugrenu personnage qui, s'il avait bien compris, bougeait dans cette maison qui n'était pas la sienne avec tant d'aise.

« C'est charmant, ici. » commenta-t-elle sans même poser les yeux sur le mobilier.

Elle s'assit à son tour sur un fauteuil face à son interlocuteur qu'elle ne quittait pas des yeux et croisa les jambes, attentive. Qu'elle parle d'elle ? Voilà quelque chose tout à fait à sa portée. Oubliant son malaise, elle commença :

« Donc... Comme vous l'avez compris... » D'ailleurs, comment avait-il fait ? « Je cherche un travail. Je me fiche de l'endroit. »

Ah, Lisbeth, se réprimande-t-elle, surveilles un peu tes paroles ! Elle se reprit bien vite, elle avait besoin de ce travail maintenant que ses valises étaient parties en voyage et cela peu importe l'étrangeté des circonstances.

« Mes aptitudes ? » lança-t-elle. « Ça dépend de vous. La cuisine, le ménage, et même la conversation. Je peux même, assura-t-elle, vous jouer un morceau. »

Depuis qu'elle avait posé la main sur le piano d'un de ses patrons, quand elle avait 13 ans, elle s'était prise d'un vif intérêt pour la musique. C'était le manque d'instrument chez elle qui avait stoppé sa progression musicale mais elle était assurée qu'une fois une bourse pleine d'or en main, les choses changeraient.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Entretien d'embauche ━ Hismaël Jeu 23 Avr - 21:25


Entretien d'embauche


Feat Grace


J'étais donc désormais confortablement installé dans un fauteuil qui ne m'appartenait pas comme si j'avais tous les droits en ces lieux. Il est vrai que ce n'était pas le cas mais je m'en souciais peu, si le maître des lieux repassait par son hall d'entrer, je n'aurais eu qu'à broder quelques excuses et la faiblesse d'esprit de l'humain ferait le reste du travail. J'étais vraiment fatigué de sa présence et étais près à m'intéresser aux moindres détails que pouvait afficher la jeune roturière qui avait elle aussi prit ses aises. Si elle avait paru quelque peu suspicieuse au premier abord, et s'était avancé dans la demeure d'un pas hésitant de ce que j'avais pu entendre ma demande aussi large que possible afin de lui laisser le champ libre dans cette discussion sembla tout à fait lui convenir. Je la regardais, un léger sourire apparaissait sur le coin de mes lèvres, de mon seul œil humain mais mon oreille restait tendue vers la porte.Pauvre roturière qui avait certainement une situation difficile et de nombreuses raisons de chercher un emploi et qui n'avais qu'a moitié mon attention.

J'étais tout de même amusé par le langage peu soutenu qu'elle avait pu utiliser, elle aussi faisait partie de ces humains que ne respectaient pas l'ordre qu'ils avaient établi. Cette dissidence était plaisante de mon point de vue car ce sont toujours des plus mauvaises graines que l'on peut tirer les meilleurs fruits en tant que démon. Alors qu'elle énonçait ses différentes capacités la pensé qu'un peu de renouveau dans ma propre demeure ne ferait de mal à personne me traversa l'esprit, j'étais vraiment désespéré par ce voyage pour être faible à ce point psychologiquement. Cependant il me fallait tout de même suivre le cours du temps qui limitait tant les mortels d'Azuriel et je ne pourrais pas revêtir éternellement l'enveloppe de feu le Baron Hantar. Conclusion ? L'idée n'était pas si idiote que ça. Oubliant finalement mes espoirs en l'arrivée du messager je réorientais mon siège pour mieux faire face à mon interlocutrice. Je replaçais aussi par la même occasion la cane finement manufacturée qui jusqu'à maintenant tenait en équilibre sur l'accoudoir dudit fauteuil et qui menaçait de tomber. Une fois le tout sécurisé je croisai les mains au-dessus de mes genoux avant de prendre la parole.

« Et bien le plus simple aurait certainement été de commencer par votre nom mais il est bon de savoir que l'endroit vous importe peu. Ne vous inquiétez je ne veux pas dire que je vis dans un vieux manoir rempli de toiles d'araignée et autres insectes mais certaines personnes peuvent être rebuté à l'idée de quitter leur île natale. »

J'avais prononcé ces quelques mots avec une mine amusé ce qui contrasté grandement avec ce visage que le passage du temps n'avait pas épargné mais si cette demoiselle était si ouverte à une discussion sans tenir compte des barrières du rang autant profité de l'instant pour lui offrir. Si j'acceptais ses services, elle n'aura certainement pas ce loisir mais rien n'était encore décidé n'est-ce pas ? Sa courte évocation d'un potentiel talent musicale me surprit quelque peu, ce n'était pas tous les jours qu'un membre du peuple déclarait savoir manipuler ces outils. Je ne m'étais que très peu intéressé à la musique, ce n'était pas déplaisant mais les humains mettaient bien trop leurs « artistes » sur un piédestal et ça n'apportait en soi rien de très utile. Oui pour séduire ses invités lors d'une réception pourquoi pas... Mais juste afin d'avoir un paysage sonore ? Je n'en voyais pas vraiment l'intérêt et pourtant je m'étais habitué aux mœurs humaines.

« Je dois avouer que mes meubles ne refuseraient pas le passage de généreuses mains, quant à la cuisine ce ne sera pas le problème. Mais plus important je serais curieux de savoir ce qui a bien pu vous mener jusqu'ici, bien que notre rencontre relève plus du hasard qu'autre choses. »

Bien sûr, une frigide humaine comme il en existe tant en ce bas monde se serait certainement contenté de me faire comprendre que si j'avais besoin de domestique je n'aurais eu qu'à l'embaucher et que sa vie ne regardait qu'elle. Mais j'avais le sentiment que si cette demoiselle avait tant besoin d'un rente elle n'hésiterait pas longtemps avant de creuser un peu plus le sujet.
© Codage By FreeSpirit
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Entretien d'embauche ━ Hismaël Jeu 23 Avr - 23:58

Où tout un tas de choses
déplaisantes arrivent
Pour un baron, se dit Grace, celui-ci est étonnement courtois.

Durant sa vie de servitude - si on ignorait les moments où elle trahissait et empoisonnait ses maîtres -, la plupart des bourgeois pour qui elle avait travaillé s'étaient toujours montrés hautain avec elle. D'autant qu'à l'époque, elle n'était qu'une petite fille inculte et paysanne.

Il y avait évidemment des exceptions à la règle : Grace se souvenait encore du maître de maison Vaes ou de la baronne Luvia chez qui elle adorait travailler. Mais elle avait toujours assumé - et assume encore - qu'ils représentaient une minorité de richards respectueux.

Mais si son changement constant d'emploi lui avait bien appris une chose, c'était que les employeurs importaient peu. Certes, ils définissaient son salaire, et parfois ce dernier ne volait pas haut. Mais qui donc aidait à rattraper l'argent perdu en volant de l'argenterie ? Les autres servants. La solidarité entre serviteurs, Grace l'a toujours trouvé prodigieuse. C'était d'autres domestiques qui lui avaient enseigné à acquiescer devant les maîtres mais à leur tirer la langue derrière leur dos, en toute impunité.

Toutes ces réflexions faisaient s'interroger Grace : Est-ce que Théodore, ou plutôt l'illustre baron Hanter, possédait chez lui d'autres servantes ? Elle se sentirait bien seul, autrement.

En temps normal, la remarque presque narquoise de l'homme aurait dû faire grincer des dents Grace. Mais à la place, un sourire affable se déposa sur les lèvres de la servante. Elle aurait effectivement dû commencer par se présenter, comme lui l'avait fait. Elle devait avouer qu'avec la perte de sa valise, de son plan et de sa bourse - surtout de sa bourse -, elle en avait l'esprit tout retourné.

Sagement, presque docilement, elle écouta les propos du baron sans un commentaire. Venant d'une jeune femme aussi bavarde que Grace, cela relevait presque du miracle mais quand la situation le demandait, elle savait tenir sa langue.

Quand il eut terminé de parler, Grace demeura silencieuse un instant, préparant sa propre réplique. Elle considéra l'homme quelques secondes sans que son sourire ne quitte ses lèvres. Qu'il s’intéresse à autre chose que ses compétences la surprenait : La voilà obligée d'inventer un nouveau mensonge !

Grace posa ses mains sur ses genoux, gracieuse, et leva des yeux calmes vers son interlocuteur. Elle savait mentir : Elle l'avait fait presque toute sa vie. Mais elle hésitait presque à lui raconter une vérité distordue, vague. Mais était-ce sûre de lui parler de son passé à Pÿse ? Et si il y menait des recherches ?

« Un bateau. » Elle sourit. Autant l'habituer aux idioties de ce genre, autrement il la prendrait presque pour une jeune femme calme et absolument pas narquoise. « Je viens de Célestine. J'y ai perdu mon travail après y avoir refusé la demande en mariage de mon patron. » Son sourire s'agrandit.

Une vérité vague. Tout ce qu'elle avait dit était vrai et ainsi, rien sur son visage ne traduisait d'hypocrisie, de mensonges, de panique. Il n'avait pas besoin d'en savoir plus, après tout.
 
« Et c'est Lis... » Il fallait croire que l'honnêteté n'était pas la meilleure des solutions, finalement. Elle en oublait presque qui elle n'était pas. « Grace Faye, mon nom. » Sa crédibilité en prenait en coup, mais elle espérait que l'homme ne relèverait pas. Elle changea vite de sujet mais sans trop se presser pour ne pas risquer de paraître plus suspecte.

« Votre intérêt en ma personne traduit-il votre décision de m'engager ? » Si je continue à parler comme ça, médita Grace, mon cerveau va se mettre à fumer. Mais après sa gaffe de plus tôt, elle devait se mettre le baron dans la poche, et vite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Entretien d'embauche ━ Hismaël Sam 25 Avr - 16:42


Entretien d'embauche


Feat Grace


Alors que j'observais et détaillais cette humaine je me demandais ce que je pourrais lui demander par la suite afin de prolonger une discussion d'une manière outrageusement inutile. Elle semblait réfléchir à ses paroles, peut être que ma remarque lui avait remis les idées en place et la nécessité d'un emploi redonné un sursaut de respect. La fragilité de la situation et de la vie des roturiers de ce monde était vraiment pitoyable, ils se situaient tout en bas de la pyramide et dépendaient directement de ceux qui possédaient l'argent. Au départ je n'avais pas compris l'importance de ces petites pièces métalliques mais au final leur pouvoir était devenu une de mes armes les plus intéressantes, grâce à elle on pouvait acheter la plupart des humains. Ceux qui vous diront le contraire n'ont juste pas compris leur univers.

Ma précédente remarque avait arraché un sourire affable à l'humaine mais celui-ci fut finalement remplacé par une expression bien plus amusante, de mon point de vue en tout cas. Il n'était plus question d'un faciès commercial mais bel et bien d'un air moqueur qui n'avait même pas le désir d'être camouflé. Elle répondait sans crainte à mes mots par une petite boutade qui m'arracha un sourire, encore, d'autant plus que l'explication qui suivait était tout autant ridicule. Comment un « noble » ou tout simplement un être humain avec les moyens de s'offrir les services de domestique pourrait s'éprendre de l'une d'elles. L'émotivité des mortels d'Azuriel m'étonnera toujours autant et j'espère ne jamais avoir à la comprendre. Quoi qu'il en soit j'étais prêt à croire cette histoire, une humeur trop laxiste certainement, mais lorsqu'elle reprit son prénom j'élevai un sourcil.

Le léger sourire qui habitait mes lèvres ne disparut pas mais mes yeux durent trahir mon soudain intérêt pour cette petite cachoterie. Il est vrai que je pouvais être compréhensif quant à l'origine et au passé des humains que je dirigeais mais je dois admettre que laisser un menteur se trouver dans mes rangs ne me plaisait guère, surtout lorsqu'il s'agissait de le laisser en liberté dans ma demeure. Je ne relevai cependant pas le... La déformation de la jeune humaine, les personnages qui choisissaient de changer de nom cachaient souvent des choses intéressantes. Il n'y avait qu'à me regarder après tout. Je laissai donc passer le changement de sujet habilement dissimulé non sans imaginer que cette demoiselle ne devait pas en être à son premier mensonge. Rien sur son visage ne la trahissait, qui sait ? Peut-être étais-je juste un peu paranoïaque ? Non, les siècles qui s'était écoulés m'avaient appris de nombreuses choses sur les humains et parmi elles j'ai compris que ces faibles créatures étaient aussi hypocrites que les êtres des limbes.

Je continuais donc de porter ce masque d'ersatz de bienveillance sans pour autant oublier de lui faire avouer qui elle était vraiment si jamais je finissais par l'accepter sur mon domaine. Le plus intéressant serait certainement qu'elle soit une raisonnnance fuyant l'inquisition, l'utiliser serait tellement plus simple. Mais rien n'était sur et je me conterais parfaitement d'une simple domestique pour le moment.

« Voilà un langage très soutenu... Mais il est vrai que je suis intéressé, un nouveau visage ne ferait pas de mal aux habitants de ma demeure et ajouterait certainement un peu de vie. »

J'avais plus ou moins pris ma décision, dans le pire des cas faire disparaitre un sujet sur ses propres terres n'est pas très complexe mais je n'aime pas arriver à de tels extrêmes. Et puis il existe toujours un moyen de rattacher un humain à sa cause. Deux coups sur la porte me sortirent de mes pensées, mon messager ? Enfin ? Etait-ce une autre déception qui m'attendait ? Non, cette fois-ci, j'avais bel et bien l'opportunité de retourner sur mon domaine, la voix du messager traversait la lourde porte et au vu du vacarme qu'il faisait il devait être aussi ravi de repartir que moi, pour d'autres évidemment. Je me levai donc et me dirigeais vers la porte après avoir récupéré ma canne, l'arrivé du maître de maison qui n'avait toujours pas remarqué mon non-départ ne m'inquiétez pas.

« Venez-vous ? A moins que vous n'ailliez des bagages à récupérer nous partirons dans l'heure, nous pourrons continuer notre discussion sur la route. Vous avez probablement des questions à me poser, j'y répondrai du mieux que je pourrai et vous pourrez débuter votre office dès que nous serons en mer. »
© Codage By FreeSpirit
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Entretien d'embauche ━ Hismaël Sam 25 Avr - 21:42

Où tout un tas de choses
déplaisantes arrivent
Le baron ne semblait guère adhérer complètement à son mensonge, sans lui en demander des précisions pour autant. Mais Grace se doutait que son passé serait un sujet très vite remis sur le tapis et se promit d'élaborer un mensonge plus inspiré pour son prochain interrogatoire. Elle regretta d'en avoir autant dit - tout, en excluant le nom qu'elle avait donné, était vrai -. S'il fouillait un peu du côté du noble qui l'avait demandé un mariage, il serait dès lors capable de trouver le reste de ses employeurs. Ce n'était pas un problème en soi, mais son tout premier employeur finirait par lui avouer que Grace était, en vérité, apparut de nulle-part. Et ça, la jeune servante voulait à tout prix l'éviter.

Et s'il en trouvait vraiment trop à son sujet... Je me suis jurée de ne plus empoisonner une personne de ma vie, et je compte tenir cette promesse. Alors elle partirait. Peut être que son voyage se finirait derrière des barreaux ou au service de l'inquisition. Grace ne savait pas quelle fin elle se préférait. Elle regrettait presque de ne pas avoir accepté la demande en mariage qu'on lui avait faite. Elle aurait pu se trouver, à ce même instant, entourée de nobles raffinés, dans des vêtements luxueux. Intérieurement, elle se moqua d'elle-même. Qu'elle n'aime ou qu'elle n'aime pas celui qui aurait pu être son futur époux n'était pas la raison de son refus, après tout. C'était...

Les deux coups qui résonnèrent dans la pièce la tirèrent de ses rêveries. Toujours dans son fauteuil, Grace regarda le baron se diriger vers la porte d'un air inquisiteur. Elle dut se plier légèrement pour avoir une vue correcte des événements et reconnut - pour en avoir vu tout un tas dans sa vie - un messager.

La question de Théodore la prit un peu au dépourvu. Si elle venait ? Après quelques secondes de confusion, elle comprit que c'était son moyen de lui annoncer que voilà, elle avait de nouveau un emploi. Elle n'osa pas vraiment préciser à l'homme que ses valises, et tous ce qu'elles contenaient, étaient quelque part en plein océan. À la place, elle se leva à son tour et sourit.

« J'aime voyager léger. »

Puis son visage se crispa lorsque se répéta inlassablement « en mer... » dans son esprit.

« En mer, dites-vous ? » Un rire léger, qui pourrait presque être interprété comme nerveux, s'échappa de ses lèvres. Son office, comme il le disait si bien, aller se résumer à tituber d'un endroit à un autre en marmonnant « Uuuugh... ». Comme première démonstration de ses compétences, il y avait mieux. Peut être, pour cette fois, feindrait-elle l'aise et la complaisance sur le bateau, en tachant d'ignorer son envie de rendre l'âme... Et son petit déjeuner.

Grace suivit Théodore dans sa marche, tout en observant une dernière fois le paysage. Tandis qu'elle accordait un dernier regard au manoir où elle aurait normalement dû travailler, si les circonstances avaient été différentes, elle se rendit compte que le baron n'avait pas fait ses adieux au maître de maison. Elle considéra l'homme d'un œil questionné, mais préféra garder le silence, au moins sur cela.

« Dites-moi, comment dois-je vous appeler, dorénavant ? » Lui lança-t-elle quand elle l'eut dépassé d'un bon mètre, menant maintenant la marche.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Entretien d'embauche ━ Hismaël Lun 27 Avr - 11:10


Entretien d'embauche


Feat Grace


Je passais donc le seuil de la demeure sans même une pensée pour son maître de maison et mon hôte pendant ce séjour, après n'avait-il pas été d'une inutilité poignante ? J'avais patienté quelques secondes avant de le faire cependant, l'œil rivé sur cette demoiselle qui allait devenir ma nouvelle domestique si elle se décidait à se lever et me suivre. Ce qu'elle fit, bien. Je me mis donc en route suivant de près le messager et suivit par Grace. Sa réponse à propos de ses potentiels bagages m'arracha un sourire amusé qu'elle n'eut certainement pas le privilège de voir, peu de personnes en ce bas monde étaient assez audacieuses pour venir s'installer chez leur nouvel employeur avec sous leurs bras seulement leur capacité à travailler dans l'instant. À moins qu'il n'y avait une raison à l'absence de ses affaires ? Non, cette humaine m'avait suffisamment prouvé son intérêt bancal pour le respect de la hiérarchie pour que je la pense incapable de dire ça.

Nous marchâmes donc sur le chemin du port et il me sembla comprendre que l'idée de monter sur un navire ne plaisait pas tant que ça à ma nouvelle suivante. De mauvais souvenirs peut-être ? Ou tout simplement le mal de mer ? Il serait vraiment amusant de la voir se tordre sur le pont tout en sachant qu'elle est sensée me donner une bonne première impression, encore une fois une représentation de la fragilité des habitants d'Azuriel. Enfin, je n'appréciais pas trop flotter sur ces grandes étendues d'eau moi non plus mais pour une raison beaucoup plus fondamentale : les dangers qui nous menaçaient en ces lieux étaient beaucoup plus mystérieux et les fonds obscurs des océans abritaient certainement des créatures encore inconnues des mortels. Des êtres des limbes déchus ? C'était une théorie qu'il ne fallait pas exclure.

Au bout d'une courte période de marche ce fut Grace qui prit les devants de la marche, certainement pour me montrer qu'elle prenait à cœur son nouvel emploi. Intérieurement j'espérai que son passé et ce qu'elle tentait de cacher valait plus la peine qu'une simple domestique.

« Et bien, Monsieur, je suppose. Je n'accorde guère d'importance à la façon dont mes suivants me nomment du moment qu'ils restent respectueux, notamment lorsque je reçois des invités. La plupart disent « Monsieur » ou « Baron Hantar », des termes des plus classiques en somme. »

Nous continuâmes donc à marcher notre ultime arrêt dans cette ville n'était certainement plus loin, la simple idée de retrouver mon domaine était comme une libération, la bas j'étais vraiment moi. L'envie de tester quelque peu ma nouvelle employée, autant savoir si certain sujet pouvait être plus tendu que d'autre.

« Au fait, vous l'aurez certainement deviné mais vous ne serez pas seule dans ce rôle, non pas qu'il y ait une pléthore d'habitants dans ma demeure mais il y a beaucoup de personnages différents. Vous apprendrez à les connaitre j'en suis sur. Je suis plutôt fier de ça mais c'est aussi une des raisons pour laquelle l'inquisition regarde mes terres avec un œil inquiet. » Je laissai planer un court silence avant de reprendre « Mais ne vous inquiétez pas, le général Rosace est quelqu'un de compréhensif et il n'a jamais poussé le vice au point de vouloir m'arracher un suivant. Il l'aurait regretté de toute façon... » Ajoutai-je à voix basse.

Ces mots pourraient bien faire fuir la demoiselle loin, mais si c'était le cas elle se ferait certainement engager de force mais j'étais persuadé que ça n'arriverait pas. Après tout elle savait mentir, n'est-ce pas ?
© Codage By FreeSpirit
[/quote]

hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Entretien d'embauche ━ Hismaël Lun 27 Avr - 22:52

Où tout un tas de choses
déplaisantes arrivent
En rester au simple « Monsieur » ou « Baron » rassurait Grace. Et qu'il ne s'inquiète pas tant que ça des titres que ses domestiques devaient lui donner traduisait chez l'homme quelque chose de capital : Il n'avait pas un ridicule complexe de supériorité. Elle se souvenait encore du baron Oscar, qu'elle devait se forcer à appeler « Mon bon maître, le monsieur Baron Oscar ». Ce sobriquet lui écorchait presque la langue. Lui qui s'imaginait si respecté ne voyait même pas les regards moqueurs de ses propres servants !

Grace était presque tentée de lui lancer un audacieux « Sinon, Théo', ça va bien chez vous ? » mais s'attirer si tôt les foudres de son employeur ne semblait pas judicieux. Elle avait besoin de ce travail, et ne comptait pas le perdre par simple désir de s'amuser un peu. Autrement, elle devrait retourner - clandestinement - à Célestine.

Quand son nouvel employeur évoqua le reste de son personnel, un grand sourire se déposa sur les lèvres de Grace. Savoir qu'elle ne serait pas seule dans son prochain travail était une excellente nouvelle. Elle parvenait presque à ignorer la seconde partie de sa phrase, évoquant l'inquisition.

« Que l'inquisition regarde vos terres d'un œil inquiété ne peut être que positif, croyez-moi ! »

Peut-être en avait-elle trop dit, maintenant. Théodore voudrait forcément savoir pourquoi donc sa servante craignait l'inquisition... De la même façon que la servante en question souhaitait elle aussi avoir le fin mot de l'histoire.

« J'hésite presque à vous demander des précisions... Monsieur. »

Ses mains dans le dos, elle avançait jusqu'au port d'un air presque tranquille. Mais elle savait que ce calme dont elle rêvait tant, elle ne l'obtiendrait jamais. Peut-être était-ce ainsi : En échange de toutes les vies qu'elle avait prise, on lui prenait, à elle, une vie paisible. C'est une honte, vraiment, se dit Grace, dont le pas se faisait de plus en plus laborieux, maintenant qu'elle apercevait la mer, des vies, je n'en ai pas tant prise que ça.

« Tant que vos manigances ne m'empêchent pas d'avoir un salaire régulier, je m'en fiche un peu. Mais je peux m'improviser confessionnal, si tel est votre désir. »

Quant à elle, elle se voyait mal lui avouer qu'elle était une ancienne empoisonneuse, une espionne, une cambrioleuse, pour ensuite lui assurer que lui ne craignait rien, elle était à la retraite...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Entretien d'embauche ━ Hismaël Mer 29 Avr - 20:24


Entretien d'embauche


Feat Grace


Nous approchions de notre but, les bâtiments qui mouillaient dans le port se dessinaient de mieux et mieux et l’air marin se faisait plus fort. Et la discussion continuait, à demi mot des deux côté, je me refusais de trop questionner cette humain à propos de l’ambigüité de cette humaine pour éviter de la faire fuir, mais paradoxalement l’évocation de la bien aimée Inquisition ne lui avait pas arraché de trouble comportemental. Je m’attendais à un peu plus d’anxiété je dois l’avouer.

Quand à moi je me contenter de penser qu’il était bien trop tôt pour lui « donner des précisions », je ne savais rien d’elle et rare sont les mortels ravis d’aider les êtres des limbes dans leur but de domination d’Azuriel. Vous me ferez aisément remarquer que de toute façon aucun mortel n’était au courant de ma situation et je voyais peu de raison de faire changer ce fait : il est bien plus simple d’étendre un territoire en tant que noble humain qu’en tant que démon.

« Restez à mon service pendant un moment et vous les obtiendrez peut être, mademoiselle. »

Ainsi la discussion fut close, les promesses de ce genre plaisaient généralement aux humains et à leur curiosité qui pouvait les mettre bien trop souvent en danger. Après tout qu’avait-elle à perdre ? Sa vie, certes, mais le savait-elle ? Intéressante question de mon point de vue, car révélatrice d’une possible expérience dans le domaine. Si l’on se perd en paroles inutiles autant qu’elles soient rentables. Mais bon, Grace me rappela bien vite que ces question pouvait attendre pour elle après tout si elle avait choisit de se mettre à mon service c’était pour pouvoir vivre. Elle avait le sujet d’une manière aussi amusante que qu’impolie.

Heureusement pour elle moi, le baron Théodore Hantar, n’avait pas les même référentiels que les autres nobles pour tout ce qui touchait au respect. Tant que l’on obéissait à tout mes ordres et que l’on respectait mon autorité tout allait bien. Ce que l’on peut prendre pour un caractère bienveillant d’un seigneur acceptant l’échec de ses sujets était en fait explicable d’une manière bien plus simple. Les humains sont faibles et pour la plupart inutiles, leur échec constant est donc quelque chose à prendre ne compte en toute situation. Après pour tout ce qui est de ces petites phrases comme celle de Grace, qui se perdaient dans le vent après quelques secondes, je n’y accordais pas beaucoup d’intérêt. Mieux valait sourire et paraitre appréciable, aussi dégoutant que cela pouvait être suivant les situations.

« Ne vous inquiétez pas pour ça, je prends grand soin de mes sujets même lorsque je complote contre mes supérieur. »

J’avais prononcé ces quelques mots comme les autres fois, comme une boutade, mettre les gens en confiance était important je l’avais appris. Même les plus petits pouvaient devenir des épines dans le pieds si on ne faisait pas attention.

« Je vous avancerai certainement une petite partie de votre salaire, que vous ne portiez pas les même affaires trop longtemps. Ce serait désagréable pour tout le monde. »
© Codage By FreeSpirit
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Entretien d'embauche ━ Hismaël

Revenir en haut Aller en bas

Entretien d'embauche ━ Hismaël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Raisonnance :: L'archipel de Naalyn :: Syrma-