Partagez|

once upon a time... ♦ nathan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
avatar
Invité



MessageSujet: once upon a time... ♦ nathan. Sam 18 Avr - 23:16



Nathan Hodgkin

feat Meliodas / Seven Deadly Sins
Nathan est un homme de vingt-sept ans, originaire de la ville de Varencia dans l'archipel de Naalyn. C'est une raisonnance qui tente tant bien que mal d'en garder le secret. Il ne possède qu'un seul écho mental. C'est un aventurier qui vagabonde les terres d'Azuriel. Il en a pas l'air ainsi, mais c'est un sacré chasseur de primes bien que son but caché est de séduire les demoiselles en détressent, plutôt que de faire régner la justice... Il possède une épée courte en guise d'arme principale, dont il ne se sépare jamais.

Courageux ♦ Petit ♦ Jovial ♦ Tête en l'air ♦ Optimiste ♦ Libertin ♦ Tenace ♦ Instable ♦ Joueur ♦ Bagarreur ♦ Attachant ♦ Audacieux ♦ Généreux ♦ Têtu ♦ Bon vivant ♦ Charmeur ♦ Original ♦ Curieux ♦ Souriant ♦ Cachotier ♦ Mature ♦ Impulsif ♦ Altruiste ♦ Menteur ♦ Rêveur ♦ Sans-gêne ♦ Humoristique ♦ Coquin ♦ Malin ♦ Fouineur ♦

Écho mental ♦ Télékinésie capacité à soulever les objets/personnes supérieurs ou égales à dix kilogrammes. Les poids légers sont pour lui impossible à soulever. Ce qui lui permet de ne pas être trop fainéant bien qu'il se serve de son pouvoir que dans des situations difficiles qui le permettent.

Faiblesse ♦ une croissance figée depuis la découverte de sa Raisonnance - à ses treize ans - le jeune homme n'a plus grandit d'un pouce. Cet effet secondaire le met souvent dans des situations très inconfortables comme le manque de confiance des personnes qu'il rencontre, le prenant très souvent pour un enfant. Sinon, l'une de ses plus grandes faiblesses reste les femmes, elles arrivent à le déboussoler très facilement lors de moments critiques.

Force ♦ épéiste malin, comme il espère cacher cette partie maudite de lui, il manie plutôt bien son arme. Il est d'une persévérance presque inébranlable. Sa plus grande force reste sa soif de découvrir.


I
l était une fois... enfin, non. Mon passé n'a rien d'un conte de fée, qu'il faut raconter aux enfants au coin du feu. Finalement, tout a vite changé d’allure. Et dire qu'à mes cinq ans, je pensais faire de ma vie une véritable aventure, pleine de couleurs. Pacifiste. Idéaliste. Utopique presque... Cela en est vraiment ridicule à force d'y repenser. J'étais ce gamin bien élevé par sa famille, bien que leur pauvreté ne fût guère à envier. Pourtant, je faisais parti de ces rares cas qui appréciaient particulièrement cette situation modeste. L'ambiance de mon foyer était chaleureuse...
Varencia, c'est ce village de Naalyn, développé dans une merveilleuse forêt, à l'abri des regards indiscrets. J'habitais avec ma famille dans une petite maison faite de bois et de branches d'arbres. Ma mère y prenait soin comme s'il s’agissait de son troisième enfant. Mon père lui tenait une taverne dans le village. Ma grande sœur, Myriam, elle était chasseuse, c'est elle qui nous ramener nos précieux mets à manger. C'était une jeune femme forte et très sûre d'elle. Un modèle pour moi.
Le genre de fille que l’on désirerait épouser rien que pour son charisme. Toujours de bonne humeur, bienveillante, prêt à passer du temps avec ses proches, dont moi. Elle m’a enseigné des techniques de défenses. Puis un peu plus grand j’ai eu la chance de recevoir un cadeau qui à mes yeux, était d’une valeur inestimable : une épée à courte lame. Et ainsi, Myriam m’apprenait diverses méthodes de maniements de cette arme, afin de mieux m’en servir. Je pouvais appeler cela l’épanouissement, car elle remplissait mes journées de bonheur. Surtout lorsque que nous allâmes souvent partir à la chasse. On formait un duo très apprécié à Varencia. Les chasseurs Hodgkin.

Puis vint l’âge tragique de mes treize ans. La découverte de mon pouvoir particulier qui effraya plus d’un dans le village. Je ne savais comment le contrôler. Certes, je savais bien que certaines Raisonnances trouvaient refuge dans mon village natal. Cependant, je ne savais aucunement que j’en faisais parti. La discrétion était une solution impossible pour moi. À peine je posais un regard sur un objet d’une lourdeur devinable, celui-ci se faisait propulser. On me nomma alors le danger public.

« Tu devrais quitter le village sale gamin. » Criait l’un des habitants.
« Nous sommes réellement maudit, par ta faute ! » Marmonnait le vieillard du coin.
« A cause de toi, les Raisonnances qui se cachaient ici ne vont plus vivre longtemps… » Murmurait une des servantes de la taverne.
« L’inquisition va nous repérer, et tu en es l’unique responsable. » Râlait un bucheron qui semblait protéger ses énormes buches.

« Oui… Ne vous inquiétez pas. » Leur répondais-je. « Je compte bien partir... »
La première personne qui était contre ce choix était évidement ma sœur. Mes parents eux, n’avaient même plus d’opinions… enfin, c’est faux. Je sentais dans leur regard, cette peur.
« Tu n’iras nulle part ! » Hurlait Myriam.
Ma réponse fut un simple sourire. Puis la nuit de cette épuisante journée, je partis en douce de chez moi. Et je disparus des environs, n’ayant qu’un objectif en tête : mettre ma famille en sécurité.


T
amériel, ville de l’archipel d’Esteria. Cela faisait environs quelques mois que je visitais cette terre. Je devais avoir vingt ans. Mon pouvoir ne faisait presque plus qu’un avec moi. Bien que certaines fois, mon impulsivité, le rendait imprévisible… J’avais rencontré ce garçon, Arthur Härstrom, plus jeune que moi, et pourtant c’était moi qu’on considérait comme le sale môme de service. On avait entamé une discussion dans une auberge chaleureuse où les jeunes filles étaient très bien vêtues…

« Ridicule… » Soufflait-il entre ses lèvres. « Tu as vingt ans ? Mais tu n’es rien qu’un enfant qui se prend pour un adulte. » Il posa un œil sur la bière que j’étais entrain de siroter. « Ça, d’ailleurs… je ne pense pas que cela soit de ton âge. »
« Tu me crois pas ? D’accord. Alors… on se fait un bras de fer ? »

Il recrachait tout de suite la boisson alcoolisée qu’il venait de boire à l’instant. Je restais un moment figé face à cette réaction pas si inattendu. À vrai dire, j’étais habitué depuis quelques années. Beaucoup pensait qu’il s’agissait d’un retard de croissance, puis final, cette hypothèse n’était plus valable. La seule que tout le monde trouvait juste était : c’est juste un nain qui n’a pas mangé assez de soupe.

« Bon… je veux bien, mais je risque de te faire du mal. »
« Ah vraiment ? » Répondais-je avec un sourire confiant.

Le jeu se lança. Nos deux mains droites se serrèrent. Les coudes bien alignés sur notre table. Un simple mouvement du poignet m’avait suffit pour faire tomber le bras de mon adversaire. Je le regardais avec cette malice dessinée sur mon visage enfantin.

« Voilà… j’ai gagné, maintenant tu es obligé de me croire. »
« Ok, admettons… Mais pourquoi t’es si... »
« Petit ? Et bien… » Je jetais un coup d’œil rapide autour de moi. « J’ai pas mangé assez de soupe étant môme. » Répondais-je d’une manière anormale.

Un homme alors, d’une carrure à couper le souffle, s’approchait de nous, un paquet de feuille en main. Je savais ce qu’il y avait dessiné sur ses papiers d’un blanc crème prononcé. Il posa alors quelques affiches devant mes yeux.
« Voilà de nouvelles têtes mises à prix, m’sieur le soi-disant chasseur de primes. » Grogna-t-il.
« Merci. »

Je récupérais petit à petit les portraits tout en les analysant du regard. Puis un visage me stoppa net : Myriam, voleuse & Raisonnance, prix cent gemmes d'écho. Je sentais le regard d’Arthur passer de l’autre côté de mon épaule. Mes poings se serrèrent puis après un instant de réflexion je plaquais la feuille sur la table en bois.
« Tu la connais ? »
« Oui... c’est ma sœur… » Murmurais-je d’une voix suave.


En sortant de l’auberge, je savais que ma nouvelle rencontre allait forcément me suivre. Il semblait être intéressé par mon cas. Je marchais d’un pas décidé et hâtif. Lui n’arrivait plus à dire un seul mot de plus jusqu’à ce que ce silence lui sembla trop oppressant :
« Hey… Tu ne vas quand même pas capturer ta propre sœur et la vendre à l’inquisition tout de même ? »
« Sûrement pas. La connaissant, elle ne voudra jamais se ranger à leur côté. Sa vie est donc en danger. »

Je cherchais dans le centre ville Tamériel, un marché ambulant. Un endroit où elle pouvait pratiquer librement son métier de voleuse. Et en fouinant une bonne demi-heure, nous nous retrouvâmes devant des marchands qui, avec leur voix mielleuse, tentaient de nous vendre leurs babioles sans valeur. Jusqu’à arriver vers ceux qui proposaient divers aliments, des légumes, des fruits, des bouteilles d’alcool venant d’ailleurs. Mon regard partait à la recherche d’une personne suspecte. Un simple cri d’un de ces commerçants avait pour effet de me donner le signal parfait.

« C’EST ENCORE ELLE. ATTRAPEZ-LA ! »

Une troupe de marchands partirent en courant vers la direction d'une fuyarde pour l’arrêter. Pour éviter de me retrouver dans une situation compliquée, je décidais de prendre un autre chemin pour la rattraper. Je contournais la place en sprintant, pour tenter de gagner du temps. Je me retrouvais alors dans une rue avec peu d’habitants dans les environs. C’était au loin que je vis une silhouette féminine courir, le visage encapuchonné. À quelques mètres derrière elles, un groupe d’homme et de femme la pourchassait. Elle se retourna soudainement et d’un simple geste de la main, les stoppa rapidement. Ils étaient tous figés. Cela ne pouvait pas être un tour de passe-passe quelconque, c’était l’œuvre de son écho.

« MYRIAM ! » Criais-je en m’approchant d’elle. La demoiselle semblait épuisée, elle s’écroula au moment même où j’étais sur le point de la prendre dans mes bras malgré cette petite taille désavantageuse.
« Nat… Nathan ? C’est toi… ? J’ai réussis… Je t’ai retrouvé… Enfin, depuis tout ce temps. J’avais entendu parler d’un certain Nathan, un chasseur brillant qui rode sur les terres d’Azuriel en arrêtant les criminels… Alors je n’avais pas tord… » Elle n’avait presque plus de souffle, mais elle conservait ce sourire nostalgique sur ses fines lèvres.
« Ahah… on a plein de choses à se dire, mais pour le moment, il faut que tu te reposes. »

« Bravo le chasseur, tu as capturé cette Raisonnance, elle m’a échappé depuis tout ce temps… »
En me retournant, je vis un homme recouvert d’une amure plutôt imposante. Dans sa main droite se trouve une lance d’environs deux mètres de long. Je fis vite le lien entre ce qu’il avait dit et le retour de ma sœur. Un paladin de l’inquisition… Mon corps ne pouvait plus bouger. J’étais pétrifié, pourtant au fond de moi, j’avais envie d’hurler.
Il propulsa sa lance vers le visage de Myriam. Les murs des environs se teintèrent d’une couleur écarlate. Sa chevelure blonde virevoltait dans les airs. Son crâne heurta le sol dans un bruit sec. Puis une petite bourse tomba juste à mes pieds.

« Voici ta récompense... à la revoyure ! »

À cet instant, je le savais maintenant, que plus rien ne me restait.
Exceptés mes yeux pour pleurer...


Yonaka(ka), vingt & un ans, je suis arrivée ici grâce à un top site. J'aime posé mes valises sur des forums cools... pourtant je m'étais limité à un seul il y a pas longtemps. VOUS EN AVEZ DE LA CHANCE FGXFHGH. Si je dois donner mon niveau d'activité possible sur ce forum je dirais 3/7 jours car je dois aussi m'occuper de mon bébé, mais ne vous inquiétez pas, j'vous aime bien. ~

(ps : j'ai pas corrigé mes fautes parce que... flemme... /PAN/)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité



MessageSujet: Re: once upon a time... ♦ nathan. Dim 19 Avr - 11:46

Bienvenue sur Raisonnance
Que Panome te guide à travers Azuriel, Invité

Tu es dés à présent un aventurier de niveau 18. Tu vas pouvoir commencer à parcourir ce monde pour accomplir ton but. Mais avant toute chose, n'oublie pas de recenser ton avatar, tes échos et ton métier. N'oublie pas de remplir correctement ton profil pour que les autres joueurs puissent avoir quelques informations sur toi en un coup d’œil. Après quoi, n'hésite pas à créer ta
fiche de relation pour te lier aux autre aventuriers
de ce monde.  



Revenir en haut Aller en bas

once upon a time... ♦ nathan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Raisonnance :: Les chroniques :: Le registre :: La population recensée-